Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - conclusions

ChameauLe juge et la qualité de la traduction. Une série passionnante en huit épisodes d'Isabelle Bambust.

Dans le premier épisode, vous avez fait la connaissance des protagonistes Fields & co et vous avez immédiatement été confronté à des points de vue différents sur la qualité de la traduction.

Le deuxième épisode a eu lieu au tribunal. Là, la qualité de la traduction s'est avérée différente de celle de l'extérieur du tribunal.

Dans le troisième épisode, vous avez découvert que la qualité de la traduction en amont existe, dans le quatrième en aval.

Dans le cinquième épisode, vous lisez comment le juge a été confronté à l'interprétation de performances de qualité différente.

Dans le sixième épisode, vous avez examiné toutes sortes de pièces justificatives traduites.

Dans le septième et avant-dernier épisode, vous avez dû juger avec le juge des demandes traduites, des convocations et des décisions.

Dans le dernier épisode, vous, en tant que traducteur, êtes venu au tribunal. Vous vous êtes retrouvé au milieu d'un conflit de droits d'auteur et, de plus, un problème avec votre responsabilité contractuelle s'est produit.

Il est grand temps pour quelques considérations et conclusions finales.

 

 

Tour d'ivoire avec un peu d'indifférentisme ici et là

Gand, Isabelle Bambust - Une première considération est que le juge ne montre que rarement ou jamais un aperçu scientifique de la traduction dans ses jugements sur la qualité de la traduction procédurale.

En fait, il semble souvent sous-estimer le niveau de difficulté et l'importance de la traduction. Par exemple, certains juges voient les limites d'une mauvaise qualité de traduction, mais ils n'y remédient pas. Ils préfèrent prendre des décisions incertaines sur la base des connaissances limitées dont ils disposent.

 

Quel que soit le cadre juridique dans lequel le juge agit, je pense qu'on peut parler d'un certain indifférentisme. J'oserais dire que les juges bénéficieraient d'une «lucidité scientifique ou créée par réflexe sur la traduction». (75)

 

L'approche transcendante comme point de départ nécessaire

Il est frappant de constater que le tribunal aborde initialement les problèmes transcendants de la qualité de la traduction procédurale. C'est également logique. Je pense qu'un défaut formel déterminé à partir de l'approche transcendante devrait automatiquement être considéré comme une irrégularité.

Le juge doit également toujours adopter une approche produit si un problème de qualité de la traduction est identifié. Ce dernier n'est pas toujours le cas.

 

Le problème avec l'approche produit

Lorsque le tribunal adopte néanmoins une approche par produit, il est souvent accessoire de l'appréciation que la partie concernée aurait dû répondre plus tôt ou plus concrètement (approche utilisateur), ou l'appréciation que la partie a obtenu toutes les informations et que ses droits de la défense n'ont pas été compromis. violé.

Cependant, le fait qu'il doit toujours y avoir une partie qui réponde en premier est contraire au juge dans son rôle de gardien ultime du droit (pénal).

De plus, le problème est toujours le même: tant la partie que le juge sont souvent incapables de vérifier la qualité de la traduction.

 

Ma critique du critère des droits de la défense

Je critique le juge qui, bien que conforme à la loi, ne prend en compte les droits de la défense que par une approche produit.

En d'autres termes, le monde judiciaire peut devenir un marécage de mauvaises traductions - ou peut-être le monde judiciaire l'est déjà - par lequel l'utilisateur est censé faire tout son possible pour comprendre ce qui est dit (ou voulu) en traduction. Des efforts que le traducteur judiciaire n'a peut-être pas faits ... Même si la mauvaise qualité peut aussi avoir sa cause: urgence excessive, manque de passion pour la traduction, rémunération insuffisante.

 

Pauvre justiciable

Où est le respect du citoyen, de la personne qui demande justice dans un tel marécage?

Et pouvons-nous simplement ignorer les règles et les conventions linguistiques? En plus du simple respect des droits de la défense, une traduction doit aussi ressembler ou non à quelque chose? Parce que, comme le dit Jan Gielkens, «(…) peu importe parfois que quelqu'un utilise une langue qu'il ne parle pas bien avec les gens qui le font. (...) Mais parfois ça compte. Dans le cas de textes informatifs imprimés ou (...) écrits (...). " (76)

 

La qualité de la traduction, objet d'un contentieux de fond

Parfois, un problème de qualité de la traduction externe est présenté au juge. Le problème est alors contenu dans un différend matériel. Dans ce cas, le tribunal devra tenir compte du cadre, par exemple une délimitation contractuelle ou réglementaire.

Dans un cadre contractuel, par exemple, nous voyons que l'absence de qualité est contractuellement réduite. Il doit par exemple être communiqué dans un délai déterminé. En conséquence, le juge n'a pas toujours la possibilité de pénétrer l'essence de la qualité de la traduction.

Nous notons également que les preuves concernant la qualité de la traduction peuvent aller dans n'importe quelle direction. La recherche d'experts produit parfois des résultats diamétralement différents.

 

En guise de coda: une remarque marginale sur claire et simple

Un langage juridique clair et non ambigu augmente naturellement les chances d'une traduction de qualité.

Mais un langage juridique simple augmente également les chances de qualité de la traduction. Un texte dans une langue juridique moins complexe nécessite moins d'effort de la part du traducteur pour le comprendre.

Malgré de nombreuses initiatives visant à simplifier le langage juridique, très peu d'événements concrets se produisent sur le terrain. Après tout, tout le monde n'est pas convaincu d'une nécessaire simplification.

C'est comme ça que je souris à Rome quand je lis Patrizia Giampieri. Dans son manuel sur la traduction judiciaire de l'anglais vers l'italien, elle se demande si le "mouvement anglais ordinaire" existe également sous une forme italienne. Dans les années 90, il y avait apparemment un "Progetto Chiaro", qui a ensuite été abandonné.

Patrizia Giampieri déclare que la langue juridique italienne ne diffère en rien de l'italien normal. Pour cela, elle se réfère au fait que les termes latins en italien ne semblent pas étranges ou antiques, comme c'est le cas en anglais: "L'utilizzo di alcuni termini latini, non sono poi così distanti et antiquati in Italiano come lo sono in Inglese."

Elle déclare également qu'il est parfaitement clair dans la langue juridique italienne comment une obligation doit être clairement exprimée. Cela se produit toujours au présent (il presente indicativo). (77)

Je pense que Giampieri est prompt à juger; après tout, les deux exemples qu'elle mentionne ne sont pas des caractéristiques essentielles de la langue juridique italienne - une langue juridique qui, à mon avis, est aussi complexe que, disons, la langue juridique belge.

De plus, sa remarque sur les expressions latines en italien est difficile à suivre. Le latin ne peut pas être simplement assimilé à l'italien, et les expressions latines judiciaires typiques semblent certainement aussi étranges en italien.

 

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton (introduction)

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - épisode 1: Champs & co

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - épisode 2: la qualité de la traduction dans le monde judiciaire

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - Épisode 3: la qualité de la traduction en amont

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - Épisode 4: qualité de la traduction en aval

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - Épisode 5: le juge et la qualité des performances des interprètes

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - épisode 6: le juge et la qualité de la traduction des pièces justificatives

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - épisode 7: le juge et les demandes traduites, convocations et décisions

Le juge et la qualité de la traduction. Feuilleton - épisode 8: le juge et la qualité de la traduction comme objet de la procédure de fond

 

(75) H. FLEURS, «Engagement déplacé. Mona Baker comme symptôme? ", Filter 2008, no. 3, 41-53.

(76) J. GIELKENS, «Lebe das jahrige Vondelpark!», Filtre 2017, semaine 32, http://www.tijdschrift-filter.nl/webfilter/vrijdag-vertaaldag/2017/week-32-jan-gielkens.aspx .

(77) P. GIAMPIERI, anglais juridique. Atti e documenti del processo civile: casi ed esercizi, Milano, Giuffrè Editore, 2015, 16.

 


Powered by CrossLang

Auteur: Isabelle Bambust

Traduction automatique: Systran

Post-édition: Cet article n'a pas encore été finalisé.

Langue source: Nederlands (nl)


Informations supplémentaires

Cron Job Starts