Est-ce qu`on fait pression sur la qualité des traductions? (La Haye, 27/9)

Le congrès d'outils de mémoire de traduction (Translation Memory Tools) sera au sujet de la qualité des traductions.Est-ce que les bureaux de traduction ainsi que les traducteurs sont toujours capables de fournir au marché actuel un produit qu'ils défendent? C'est la question centrale sur le congrès VViN à La Haye.

Comment répondre aux exigences qualitatives si les espoirs du client vont toujours en augmentant? Et si le traducteur fournit au client un produit d'une qualité remarquable, est-ce que ce produit-là correspond toujours aux demandes du client? Car celui-ci se contente peut-être également d'un produit de moins de qualité?

Le vendredi 27 septembre, l'association des bureaux de traduction (VViN en néerlandais) aux Pays-Bas tiendra son congrès TMT annuel à La Haye sous le couvert de « qualité sous pression ».

Sur le programme: des conférences; des ateliers; des présentations au sujet de la technologie, la traduction, la formation, la différenciation du marché, la vente et les Relations publiques.

Hans Fenstermacher, chef d'entreprise de GALA (Globalization and Localization Association), se dirigera vers La Haye pour s'occuper de la keynote. Sa position est que non pas la qualité de la traduction est sous pression, sinon le modèle de rémunération du secteur.

La professionnalisation au niveau du secteur
Elsbeth Rooker (associée du bureau de traduction HHCE, Nimègue) viendra plaider pour la future professionnalisation du secteur de traduction: « Si nous voulons professionnaliser davantage le monde de la traduction, il faut que nous fournissions plus d'information et que nous fassions plus de publicité. Dans ce cas-là, l'organisation de la branche pourrait jouer un rôle excellent. »
Selon Elsbeth Rooker, le monde de la traduction ferait face à un problème d'image. Ce problème est dû au manque d'information. Par conséquent, les clients ne savent pas comment reconnaître la qualité. La mauvaise image freine en outre le recours aux services de traduction.
Elsbeth Rooker plaide encore pour qu'il y ait plus de données fermes au sujet du secteur de la traduction: 'Le manque de données fermes au sujet du secteur de la traduction aux Pays-Bas a pour conséquence que les bureaux de traduction n'arrivent pas vraiment à déterminer leur position sur le marché. Les traducteurs ne savent pas ce que fait la concurrence, ni quelles sont les tendances, ni où eux-mêmes se trouvent. (...) Ensuite, si le secteur de la traduction publiait annuellement des données fermes, les clients aussi amélioreraient la compréhension dans ce secteur-là et ils sauraient mieux comment faire appel aux services de traduction. Cela a aussi un effet favorable sur la branche de traduction dans sa totalité. '
La mauvaise image et le manque d'information n'empêchent cependant pas que la position de force des clients soit relativement élevée. Selon Elsbeth Rooker, cela est dû à la pression concurrentielle élevée. L'offre de services est ample, car se lancer dans la branche de la traduction est facile. En temps de crise, la pression concurrentielle élevée mène à des baisses de prix. Elsbeth Rooker : 'La pression concurrentielle élevée peut être un mécanisme régulateur par lequel les prix trop élevés sont réduits . Toutefois, elle peut mener également à la démission des professionnaux sérieux. Ils quittent le marché parce qu'il n'y a plus de bénéfice. '

Jaap van der Meer (le fondateur et dirigeant de TAUS, Translation Automation User Society) viendra parler de l'évolution du secteur de la traduction et de l'avenir de la traduction comme une «utilité».

Marcel Thelen (l'Académie de la traduction, Maestricht) abordera dans sa présentation entre autres la question de savoir comment le secteur de la traduction pourrait atteindre la plus grande qualité possible.

La qualité et la productivité
Nathalie De Sutter (le directeur commercial au CrossLang, à Gand) viendra commenter une expérience intéressante à propos de la traduction automatique. Dix étudiants du cycle postgraduate ont traduit un texte anglais de l'UE en néerlandais. Cinq d'entre eux ont traduit le texte sans utiliser la traduction automatique. Cinq autrui ont donc surtout obtenu un voorvertaling automatique et ont dû le courrier-editeren. Entre-temps, le temps a été mesuré, pour que quelque chose puisse être dit au sujet de la productivité. Et à l'issue de la traduction, les étudiants ont évalué mutuellement leur traduction pour que quelque chose puisse être dit au sujet de la qualité. Une expérience avec un résultat surprenant.

De plus, il y a encore des présentations de Robert Etches (au sujet du besoin d'information polyglotte instantanée), de Luigi Muzii (à propos de la valeur au lieu de la qualité), de Thijs Senten et Manuele Vecchi (avec une étude de cas), de Willem Jan Gasille (à propos de formations de traduction), de Gaby Hoof Sattler (au sujet des critères de qualité pour les adjudications publiques) et Miguel Martinez (à propos de la transcréation).

Evaluation de la qualité
A part les présentations, il y a aussi des ateliers.
Rahzeb Choudhury (directeur opérationnel à TAUS) dirige un atelier à propos du nouveau Dynamics Quality Framework (DQF) de TAUS. Dans le secteur de la traduction, la qualité est évaluée traditionnellement de façon assez statique et unilatérale. Sur le niveau du secteur, c'est une faiblesse. TAUS a développé un nouveau système dynamique d'évaluation en coopération avec un certain nombre de grands clients des services de traduction. Lors de son atelier, Rahzeb Choudhury examine le DQF du point de vue du marché néerlandais de la traduction.

Le gouvernement évalue la qualité des traducteurs assermentés surtout sur la base du diplôme ou du certificat. La pratique commerciale de la traduction semble avoir plus de confiance dans leur propre système d'évaluation des traductions d'essai. Han von den Hoff (Conseil d'Assistance judiciaire aux Pays-Bas) se demande lors de son atelier si les différents systèmes ne pourraient pas se renforcer :  'Par exemple par synchroniser les examens Rbtv et les traductions d'essai et les coordonner au niveau national? Ou par développer une vision commune sur la qualité du travail quotidien? Et des instruments pour les observer de manière transparente? '
Lors de son atelier, il esquisse la situation et il donne un inventaire commun de chances et de menaces, d'options et d'impossibilités. « Est-ce qu'il y a suffisamment d'acquis pour trouver une telle approche et pour unir ses efforts ? '

Il y a aussi un atelier au sujet du post-editing des traductions automatiques dirigé par Raymund Prins et Xavier Maza.

Débat de panel
Finalement, il y a aussi un débat de panel sur la question à quel point la qualité est sous pression dans la pratique professionnelle. A ce débat participent six personnes de différents domaines du secteur. Les panélistes sont Rudy Tirry (Country manager à Lionbridge Belgique et le président du Belgian Quality Translation Association), Ernst Böhre de Concorde Group, Han von den Hoff, Marcel Lemmens de Teamwork, Fedde van Santen de l'institut supérieur ITV pour interprétation et traduction (Utrecht) et l'école professionnelle de la traduction (Amsterdam) et Jaap van der Meer.

Sur le site web du congrès se trouve une vaste présentation des conférenciers. Sous le nom de chaque interveneur se trouve le contenu résumé de sa conférence, présentation ou atelier.

Le VViN est l'association des bureaux de traduction aux Pays-Bas. Jusqu'à l'année précédente, il était dénominé Association ou Translation Agencies (ATA). Elle existe depuis 1994 et compte environ quatre-vingt-dix membres.


Plus d'informations : www.tmtcongres.nl

Plus d'informations : www.vvin.nl

 

Auteur : Dries Debackere

(20/9/2013) 


Powered by CrossLang

Auteur: Dries Debackere

Traduction automatique: Systran

Post-édition: Cet article n'a pas encore été finalisé.

Langue source: Nederlands (nl)


Informations supplémentaires

Cron Job Starts